Publié par : corinne mr | 18 juin 2014

Des bois, des sous-bois, quelques très beaux près (18 juin 14)

Seulement 7 marcheuses au départ de Waterloo ce matin (entre bac français, brevet, fin d’année chargée en réjouissances de toutes sortes…) furent du voyage entre West Sussex, Hampshire et Surrey : Maïtanne H (fan de campagne anglaise), Claire A, Christine B, Marie-Adeline B, Priscille E et Virginie M.

Un ciel grisâtre au départ de Liphook, le petit groupe commença sa balade en s’enfonçant dans une forêt dont certains beaux arbres couchés en travers, probablement le reliquat d’une ancienne tempête, durent être enjambés ou contournés. Après un paysage alpin : forêt de pins tapissée de fougères et de digitales, une ferme perdue au milieu de nulle part agrémenta ce paysage étonnant. Elle semblait abandonner au premier coup d’oeil. C’était un lieu d’élevage de volailles, d’anatidés, d’oiseaux, y compris des paons en liberté qui nous firent la roue, côté pile et côté face !

De forêts en sous-bois, de bois en près, nous marchâmes sur un terrain plutôt souple, boueux, 3 montées, seulement 2 ‘stiles’ à escalader (ils étaient hauts), de petits ponts enjambant des ruisseaux et même un passage sur pilotis. Le sol fait de terre de bruyère bien humide profite largement aux jeunes châtaigniers gourmands en eau, nous laissant des passages bien étroits où nous nous faufilâmes à la queue-leu-leu. Des hêtres géants rattachés les uns aux autres en bouquet au niveau des racines formaient une barrière naturelle assez originale ; certains par leur hauteur donnaient le tournis si on osait lever les yeux jusqu’à leurs cimes…  Enfin de bien improbables bambous (à larges feuilles) peuplaient un des derniers bois que nous traversâmes.

La pause casse-croute eut lieu à mi-parcours (règle d’or de la parfaite randonnée), en lisière de chemin, dans un parc communal, sur une pelouse fraichement tondue mais sèche, nous avions le choix entre ombre et soleil. Merci Marie-Adeline de nous avoir partagé un Toblerone géant. Nous primes notre temps, la randonnée ne faisait que 16 km. Après la reprise, à la sortie de ce village dont j’ai oublié le nom mais dans lequel nous nous nous étions déjà arrêtées en hiver pour déjeuner sur la terrasse d’un pub ‘the red lion’ avec un verre de vin chaud… nous arrivâmes en haut d’un pré de hautes herbes, en son presque centre le footpath entretenu/tondu nous guida jusqu’au bois suivant sur une pente douce. Ces grandes herbes donnaient un ton rosé à la surface ondulant sous le vent. Des propriétés étaient en partie dissimulées derrière de beaux arbres à flancs de collines, avec une vue imprenable sur ce paysage tranquille. Notre parcours nous emmena à proximité de larges pâturages où de beaux équidés Alezan dorés, Aubère et Rouan paissaient paisiblement.

Le soleil gagna du terrain au fur et à mesure que nous progressions, nous quittâmes Haslemere sous un ciel presque entièrement bleu. La température était parfaite.

DSC02922 - copie DSC02924 - copie DSC02925 - copie DSC02941 - copie DSC02936 - copie DSC02958 - copie

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :